jeudi 3 mars 2016

Etre calife à la place du calife


Je suis attristée par le PS et surtout par ces élus ou cadres du parti qui voulant être calife à la place du calife n’hésitent pas à détruire le pouvoir en place et le PS.
FH n’a jamais promis le grand soir, il a seulement dit qu’il voulait relever la France qui était au plus bas après la gestion de Sarko. D’ailleurs même Filoche qui lui reproche aujourd’hui d’avoir trahi la gauche nous avait dit avant les élections de 2012 : "FH ne nous donnera pas tout ce qu’on veut, mais Sarko nous enlèvera tout". Alors pourquoi cette haine vis à vis d’un président qui ne nous a pas trahi, ni menti, qui a seulement voulu faire repartir la France (et cela d’ailleurs commence à porter ses fruits) et inverser la courbe du chômage mais pour cela il fallait des moyens, il n’en n’avait pas au début du mandat (Sarko nous a laissé plus de 600MM de dettes en 5 ans). 
Alors pourquoi ce coup dans le dos de Martine Aubry ? Pourquoi cette haine et cette violence surtout de la part de ceux qui se disent le plus à gauche et que nous avons soutenus  ? Que veulent ils faire, détruire le gouvernement de gauche au pouvoir ? Le déstabiliser pour accéder aux affaires ? Qu’allons nous faire nous les militants ? Que vont faire nos députés? Veulent ils une dissolution de l’assemblée ? Ils espèrent peut être que les urnes cette fois donneront raison aux frondeurs, j’ai bien peur qu’elles fassent revenir la droite.
Je ne me reconnais pas dans cette gauche qui se dit la vraie gauche, la vraie gauche pour moi c’est celle qui améliore le sort de tous mais surtout des plus pauvres et qui ne se regarde pas le nombril. Etre plus ou moins à gauche m’importe peu ! Ne nous voilons pas la face les problèmes d’aujourd’hui et de demain ne sont pas identiques à ceux d’hier ou d’avant hier, ils ne peuvent être résolus avec les solutions d’hier, nous avons besoin de leaders qui nous disent la vérité et la vérité c’est que la France doit se réformer tout en protégeant les plus fragiles et en participant à la construction d'une Europe forte ( fiscalité et armée commune) au moins à quelques uns, sans doute à deux ou plusieurs vitesses. Il faut accepter le réel tout en l’améliorant il faut accepter l’économie de marché en gardant nos valeurs fondamentales : égalité, liberté et fraternité. Il faut retrouver le chemin de l’excellence pour l’industrie et pour l’agriculture, nous n’avons pas besoin de promesses il nous faut un cap : réindustrialiser la France, réorienter l’agriculture. Nous savons que ce sera difficile mais si nous militants nous sommes perdus, si nous militants nous n’y croyons plus, si nous militants nous nous laissons berner par ceux qui nous parlent de grand soir et de révolution et oublient le réel, ce sera l’échec pour la gauche du réel, et ce sera l'échec pour toute la gauche!
FH n’a pas tenu tous ses engagements c’est sur mais il en a rempli beaucoup, il ne nous a pas pris en traitre, il n’a pas fait tout ce que nous espérions, mais cette gauche de gouvernement nous a protégé(surtout les plus précaires et c’est le but d’un gouvernement de gauche), a essayé de diminuer la dette tout en nous faisant évoluer sans drame.
La gauche ne l’a pas emporté avec une large majorité et si nous sommes au gouvernement, la droite est très présente dans les lobbies et dans la sphère économique et bancaire, FH est obligé d’avancer à pas mesuré, précis et compté pour ne pas décevoir son électorat tout en le faisant évoluer avec respect, ne lui compliquons pas la tâche au sein du PS, bien sur rien n’est parfait mais acceptons que ce qui n’est pas idéal n’est pas misère.
Cet électorat de gauche, attaché aux valeurs fondatrices oublie parfois que la France ne peut pas changer les autres pays en Europe et dans le monde, que la France n’est plus celle de l’après guerre.
Faut-il enfin rappeler qu’à l’issue du quinquennat, seuls François Hollande ou Manuel Valls incarneront la gauche et son bilan devant les électeurs ? Toutes les flèches tirées dans leur dos seront alors autant de flèches tirées contre notre camp. En 2017, ce n’est certainement pas Mélenchon, Hamon ou Duflot qui incarneront une chance crédible pour la gauche de l’emporter contre Le Pen, Sarkozy ou Juppé !
Ce débat est un beau résumé de la médiocrité du débat politique national et en particulier à gauche. Les députés et responsables de gauche devraient faire de la pédagogie et de l’explication au lieu de se vautrer en permanence dans les postures et impostures.

Ces primaires que de plus en plus de monde appellent à gauche ne désigneront pas FH et c’est cela que je dénonce et c’est cela que je reproche au PS et à Cambadelis. 
Il faut qu’au PS nous nous rassemblions autour de FH et de son projet de compromis et de réalisme, c’est je crois la seule solution.  Nous devons garder en mémoire la phrase d'Etienne Balibar avant l'élection de FH : "Notre société est minée par la violence, la défiance et l'antagonisme, elle ne sait plus accepter les conflits, les organiser et en négocier l'issue, Hollande est un négociateur, c'est l'homme de la situation"

mardi 19 janvier 2016

Des mesures que beaucoup qualifient de mesurettes mais qui vont dans le bon sens



L’emploi : Compte pénibilité, (qui obligera les chefs d'entreprise, à partir du 1er janvier 2016, à mesurer les tâches « pénibles » qu'effectue chacun de leurs salariés) les temps partiels de 24 h, mesures pour les petits temps partiels (il ne faudra plus désormais que 150 heures travaillées, contre 200 heures auparavant, pour valider un trimestre de droits à la retraite), la loi Florange (l’entreprise qui se déclare en cessation d’activité doit se trouver un repreneur), les stages en entreprises (augmentation du salaire, tickets resto, aide au transport, congés, pas plus de 6mois et 10%de l’effectif) et le renforcement des inspections du travail. Les adultes handicapés éloignés de l'emploi pourront désormais percevoir des allocations sur une plus longue période. La prime d’activité pour les petits revenus accordée a certains étudiants et apprentis (elle remplace le RSA activité et la prime pour l’emploi et elle peut accroître de 10 % le pouvoir d'achat des petits revenus) Droit à la formation  qui crée un compte personnel de formation, rattaché à l’individu (CPF), ouvert, dès l'âge de 16 ans et jusqu'à la retraite, aux salariés et aux chômeurs, il sera un droit « portable » qui pourra être utilisé, sans autorisation systématique de l'employeur, tout au long du parcours professionnel ; le salarié en gardera la jouissance en cas de changement d'entreprise et s'il se retrouve au chômage. A partir de janvier 2016 prime exceptionnelle pour les pensions inférieures à 1200 euros par mois.

La Santé : Le remboursement de l'IVG passe à 100 % pour toutes et la pilule devient gratuite pour les jeunes de 15 à 18 ans.Taux de TVA à 5,5% pour les préservatifs et les protections hygiéniques. Mutuelles : hausse de la taxe sur 
certains contrats 14 % pour celles qui ne respectent pas le cahier des charges, 7% pour les autres. La fin de la convergence tarifaire entre le public et le privé, mesure essentielle pour l’hôpital public. Tiers payant généralisé d’ici à 2017. Un nouveau droit pour les exploitants agricoles en cas d’arrêt pour cause de maladie ils pourront toucher des indemnités journalières (réelle avancée qui peut évoluer dans le temps).

La Consommation : La loi du 17 mars 2014 sur la consommation renforce la protection du consommateur, et l’action de groupe, renforce l’administration (DGCCRF : direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes, réduite sous Sarkozy) qui contrôle les fraudes, développe les outils pour lutter contre le surendettement.
Les bonnes surprises de la loi Macron : Accélérer l’obtention du permis de conduire ; Accélérer le raccordement des immeubles à la fibre optique ; Contrôler les retraites chapeau ; Autoriser les maires à se prononcer sur le travail dominical ; Considérer le travail en soirée comme le travail de nuit. Libéralisation de certaines professions règlementées : huissier, notaire, commissaire priseur. Une carte professionnelle dans le bâtiment pour éviter les fraudes et le travail au noir. Un assouplissement des conditions de changement des banques. 

Les impôts : justice fiscale (rétablissement de l’ISF, revenus du capital taxés à 75%, pour les salaires supérieurs à 1Millions d’euros). Plafonnement des allocations familiales pour les plus riches, affaiblissement du quotient familial.

La Jeunesse : Augmentation des allocations de rentrée scolaire, loi pour la refondation de l’Ecole ( plus de maitres que de classes, création de 40000 postes, moyens numériques, 1500 postes d’auxiliaires de vie pour le handicap, formation des maîtres, réformes des rythmes scolaires). Dans les quartiers populaires les enfants pourront être scolarisé des deux ans. Favoriser l’intégration scolaire des enfants handicapés (Les auxiliaires de vie scolaire qui les accompagnent ont obtenu une reconnaissance de leur métier et pourront être titularisés). Mise en œuvre des " emplois d'avenir professeur " destinés à des étudiants boursiers venant de zones défavorisées et désirant devenir enseignants. Les bourses étudiantes ont été revalorisées pour les familles à faible revenu. La garantie de paiement des pensions alimentaires, va être généralisée au premier semestre 2016 dans toute la France, elle cible 90.000 parents isolés.

La Justice : les peines planchers supprimées, comme l’incarcération automatique en cas de récidive, après une première condamnation à de la prison avec sursis. Il n’y aura plus de sorties sèches (sans logement, sans formation, sans emploi, sans réduction des addictions) Création de la peine de contrainte pénale pour les petits délits, qui évite l’incarcération et la substitue par un contrôle social personnalisé tels une formation, le suivi de soins, une assignation à résidence ou toute autre obligation utile, comme l’indemnisation de la victime. On privilégie la réinsertion et la probation, fin des jurys populaires. Création de postes et la construction de 6500 places de prison en plus.

jeudi 24 septembre 2015

Et si François Hollande ne se trompait pas



Et si sa vision se réalisait : sortir du chômage, relancer la France en développant l’offre tout en relançant la demande, en aidant les plus pauvres, les plus précaires à s’en sortir, afin de conserver notre état providence que l’Europe et le monde nous envient.
Et si les mesures en direction des plus pauvres et des précaires portaient leurs fruits : augmentation du RSA, aides aux femmes seules, augmentations des fonctionnaires de catégories C et des B (en début de carrière) allocations familiales mieux réparties, baisse du quotient familial, augmentation significative de l'allocation de rentrée scolaire, bourses d'étudiant revalorisées pour les familles à faible revenu, revalorisation du minimum vieillesse, revalorisation des Aides au logement, accès à la CMU élargi, tiers payant, frais bancaires en cas de découvert plafonnés, les exploitants agricoles peuvent toucher des indemnités journalières en cas d'arrêt maladie..... Et bientôt la prime d'activité qui augmentera de 10% le pouvoir d'achat des travailleurs précaires ou modestes...
Et si les dernières statistiques lui donnaient raison : moins de précaires, les plus pauvres moins pauvres, en ayant toujours la jeunesse au cœur du projet.

Et si c’était cela être de gauche, sa raison d’être : s’occuper des plus pauvres, des plus démunis, des  jeunes, des plus fragiles.

jeudi 14 mai 2015

Et si Emmanuel Todd déraillait?


Dans son dernier livre, Qui est Charlie ?, Emmanuel Todd s’autorise à qualifier les solidaires du 11 janvier de France blanche, bourgeoise et islamophobe, tout en expliquant que la "France aux commandes, celle de "Je suis Charlie", est celle qui a été anti-dreyfusarde, catholique, vichyste." il a choisi ses termes pour faire mal, plus que pour convaincre. Todd apparait comme un enfant du système médiatique, (d’autres, comme Aymeric Caron le font), obligé de crier très fort dans l'excès et la caricature pour déclencher l'intérêt. Il a réussi son coup.
De même le principe du « deux poids, deux mesures » défendu par les organisations d’extrême gauche « décoloniales », et relayé par Aymeric Caron, me paraît très dangereuse car elle racialise le débat et peut préparer l’apartheid que souhaitent instaurer tant la droite extrême de l’UMP qu’incarne Nicolas Sarkozy que le Front national de Marine Le Pen. Ainsi l’extrême gauche tient un discours exactement symétrique à celui de la droite et de l’extrême droite identitaire.  
Mais ce qui est plus grave pour Emmanuel Todd, que pour Aymeric Caron, c’est qu’il se camoufle derrière son statut de scientifique pour dire cela et là c’est malhonnête et pitoyable.
Pourquoi fait il cela ? bien sur il déteste sans mesure ni retenue François Hollande, les socialistes et la social-démocratie "embourgeoisée", il en a le droit et il n’est pas le seul. Michel Onfray, Régis Debray, Alain Finkielkraut ou Jean-François Kahn partagent cette identique exécration. Sans doute ont ils le droit et raison de le faire mais tant d'acrimonie, pour fusiller la gauche au pouvoir n’est ce pas un peu exagéré ou tout au moins nous laisse songeur quant à leur honnêteté intellectuelle. Et c’est dommage car ils disent aussi des choses justes mais du coup elles passent inaperçues.
Dénoncer l’unanimité fictive du 11 janvier, l’islamisation inconsciente de beaucoup et les récupérations politiques de certains, dire que c'est surtout la France d'en haut qui a manifesté, tout cela est juste comme de faire de la laïcité un vecteur d’empathie plutôt que d’exclusion tout cela est juste et bénéfique, mais l’erreur d’Emmanuel Todd et de l’extrême gauche c’est de faire des raccourcis tendancieux et faux afin de faire mal et d'alimenter la polémique.


mardi 12 mai 2015

Si la France attendait un Cameron à la française


Cameron est sorti vainqueur des dernières élections. Les Anglais contre toute attente viennent de le plébisciter, pourtant le taux de pauvreté ne fait qu'augmenter, le nombre de fonctionnaires est en baisse constante (400.000 fonctionnaires en moins), les allocations sociales sont limitées dans le temps, des contrats zéro heure ont été institués, (ils font exploser les embauches et diminuer le taux du chômage). Il est vrai que son bilan économique est assez bon, le Royaume-Uni renoue avec une croissance de 2,6 % en 2014, et deux millions d’emplois ont été créés. 
Et si les français rêvaient d’un Cameron à la française, n'attendent-ils pas avec impatience le retour de la droite ? Ce n'est pas Mélenchon qu’ils espèrent, ils veulent plus d'autorité, et la droite de plus en plus décomplexée et l’extrême droite sont prêts à les satisfaire. Tandis que la gauche se décompose et fait le jeu de ces droites là et même les encourage, François Hollande considéré comme n’étant pas assez libéral par la droite, déplait par son petit côté social démocrate et son ascendance catholique ("Le père de Hollande est un catholique d'extrême droite, sa mère une catholique de gauche" dixit E. Todd) à la gauche la plus extrême.

mardi 5 mai 2015

Laurent Joffrin : Le réveil français



La France est bien plus forte qu'on ne le dit : un  PIB de 2000 milliards d’euros, elle est la 5ème ou 6ème puissance mondiale alors qu’elle est la 20ème pour la population. Elle est la 2ème économie de la zone euro. Elle attire quoiqu’on dise les capitaux étrangers : 3ème place au monde pour les investissements étrangers directs. Son PIB par habitant est de 34000 dollars (la moyenne européenne)
Bien sur 10% de la population ne travaille pas ; déficit budgétaire est de 4%, (ailleurs en Europe il est de 3%). Mais la stratégie française est juste et cela depuis 2008 (Sarko puis FH) car elle refuse de se soumettre aux diktats de Bruxelles, ce qui a été fait en Grèce, en Espagne, en Italie et au Portugal et d’ailleurs la Banque centrale européenne et les autres pays de l’UE lui donnent raison aujourd'hui.
Nombreux disent qu' elle ne sait pas se réformer, car les libéraux en pensant réformes pensent sacrifices,  et la gauche pense progrès social et il y a eu des réformes de progrès social : 35 heures, Santé, Relations au travail. Bien sur en temps de crise les sacrifices sont nécessaires, et nous les avons faites.
Selon un proche de Juppé la France est prête au retour d’une droite libérale (dictature des marches, effacement de l’Etat, libéralisation du marché du travail) non si la gauche bouge continue de bouger, accepte la mondialisation et les principes de l’économie de marché, distingue spéculateurs et financiers,  c'est ce qu'elle fait, les sociaux libéraux comme Vals ou Macron montent dans les sondages, donc les mentalités changent. Le prochain enjeu présidentiel sera : comment sortir de la crise par une social-démocratie ou social libérale ou libérale seule ?
Attention aux libéraux qui font le jeu du FN en voulant le recul de l’Etat, la concurrence avec l’étranger, la libéralisation totale du marché du travail. Marine Le Pen l’a bien compris et veut le rétablissement de l'Etat, la défense des Services publics et la protection du pouvoir d’achat des classes populaires, le pessimisme fait le jeu du FN, le réalisme de l’action le gêne.
Danger de cette gauche sinistre comme JL Mélenchon, Cécile Duflot et certains frondeurs qui mettent sur le même plan social-libéralisme et fascisme, cette gauche se proclame vraie gauche  et donne de la France une vision déformée : inégalitaire ou le social recule et dirigée par le gouvernement de FH et M Vals : un ramassis de traitres et d’incompétents ! Bien sur il y a plus de 3 millions de chômeurs, bien sur le pouvoir d’achat des plus modestes stagne, mais donner de la France cette vision déformée c’est dangereux c’est mentir pour promouvoir leur programme radical mais surtout irréaliste. 
La France n’est pas un pays libéral :  les prélèvements obligatoires sont les plus élèves du monde,  on ne peut licencier qu’au terme d’une procédure contraignante ou sont associés syndicats et administration,  le taux d’imposition des plus riches est le plus élevé d’Europe,  le code du travail compte plus de 3000 pages,  les plus pauvres sont soignés gratuitement et de la même façon que les riches, la plupart des activités sont soigneusement réglementées,  la puissance publique se mêle de presque tout (audiovisuel, stratégies industrielles, énergies…)
Nous avons un état providence, et il faut se soucier des déficits sinon notre système sera menacé. Cet état providence est le produit d’une longue histoire et de nombreuses luttes et il a été élaboré par une gauche réformiste (Jaurès Blum, Mendes, Mitterrand, Rocard Jospin et aujourd’hui Hollande) aidée par une droite sociale et intelligente (De Gaulle, Chaban-Delmas, Giscard : indemnisation du chômage ; Chirac : CMU gouvernement Jospin)
La France malgré la crise est restée un des pays les plus égalitaire du monde développé, le libéralisme n’est pas vainqueur en France : sous Jospin socialiste la croissance dépassa 3%, Chirac plus libéral et sous Sarkozy très proches des plus riches, l’économie française retombe.

Et si les Français préféraient travailler un peu moins plutôt que de gagner plus et si les français préféraient un niveau plus élevé d’imposition pour privilégier le vivre ensemble les services publics, les activités collectives aux plaisirs solitaires, la France est Républicaine et Sociale?